Le cadre

« On désigne par «accompagnement à la scolarité» l’ensemble des actions visant à offrir, aux côtés de l’Ecole, l’appui et les ressources dont les enfants ont besoin pour réussir à l’Ecole, appui qu’ils ne trouvent pas toujours dans leur environnement familial et social.
Ces actions, qui ont lieu en dehors des temps de l’Ecole, sont centrées sur l’aide aux devoirs et les apports culturels nécessaires à la réussite scolaire. Ces deux champs d’intervention, complémentaires, à vocation éducative, contribuent à l’épanouissement personnel de l’élève et à de meilleures chances de succès à l’Ecole. L’accompagnement à la scolarité reconnaît le rôle central de l’Ecole.

Il se propose, par des stratégies diversifiées :

  • d’aider les jeunes, en utilisant les technologies de l’information et de la communication notamment, à acquérir des méthodes, des approches, des relations susceptibles de faciliter l’accès au savoir
  • d’élargir les centres d’intérêt des enfants et adolescents, de promouvoir leur apprentissage de la citoyenneté par une ouverture sur les ressources culturelles, sociales et économiques de la ville ou de l’environnement proche
  • de valoriser leurs acquis afin de renforcer leur autonomie personnelle et leur capacité de vie collective, notamment par la pratique de l’entraide et l’encouragement du tutorat entre les jeunes
  • d’accompagner les parents dans le suivi de la scolarité des enfants. »

(Extrait de la Charte Nationale de l’accompagnement à la scolarité)

 

Définition de l’accompagnement


« L’accompagnement est une notion récente dans le champ de l’action sociale. Elle succède à la notion de prise en charge. [...]
L’accompagnement mise sur les capacités des personnes à développe leur autonomie : capacités d’initiative, de choix, de construction, de projet. Il est une démarche entreprise conjointement par une personne en difficulté et un ensemble de professionnels coordonnés….
Ce qui domine dans l’accompagnement, ce ne sont plus les caractéristiques intra-individuelles des publics ciblés, mais les interactions sociales dans lesquelles on les invite à s’inscrire tout en les aidant à les maîtriser à leur avantage. On peut, à juste titre, parler de médiation sociale. [...]
Nous sommes dans une action de transformation sociale qui suscite du lien. Autrement dit, l’accompagnement existe dès lors que l’on entend intégrer les citoyens en difficulté et endiguer les phénomènes d’exclusion en mettant en place une logique solidaire fondée sur l’intersubjectivité des personnes.
Fondé sur l’écoute, un dialogue incitatif et une relation confiante, l’accompagnement doit permettre l’émergence du désir, moteur actif de la démarche à entreprendre et permettre à l’autre de trouver des moyens de réaliser ses objectifs individuels
« .

Dictionnaire de l’enseignement et de l’éducation spécialisés. Paris : Bordas pédagogie, 2003

 

Point de vue Dominique Glasman (professeur de sociologie à l’Université de Savoie) 

« L’accompagnement scolaire désigne « l’aide apportée gratuitement, en dehors de l’école, aux écoliers et aux collégiens, parfois aux lycéens, par un prestataire qui n’est pas membre de la famille ; ce prestataire est souvent membre d’une association dans lequel il (ou elle) exerce cette activité soit en recevant une rétribution financière (modeste), soit à titre de bénévole. Si les parents n’acquittent très généralement aucun coût pour permettre à leurs enfants d’accéder à ce service, il leur est parfois demandé une contribution symbolique, destinée à matérialiser leur engagement à encourager voire à suivre le travail scolaire de leur enfant.Dire que l’accompagnement scolaire est offert en dehors de l’école, ce n’est ni ignorer ni sous-estimer les aides existant au sein de l’école, organisées par elle, à l’initiative des enseignants ou des autorités académiques… » (p. 95)

Une diversité d’appellations
« L’expression « accompagnement scolaire » recouvre [...], concrètement, une grande diversité de propositions faites aux parents et aux élèves. Elles ont en commun à la fois leur caractère gratuit, et leur branchement sur la préoccupation de la réussite scolaire. Les noms sont multiples : « accompagnement scolaire », et plus récemment « accompagnement de la scolarité » sont devenus les termes génériques les plus employés, mais la diversité des appellations des dispositifs mis en place est foisonnante : « aide aux devoirs », « soutien scolaire », « permanence devoirs », « un pour un », « mamies-lecture », « coup de pouce »… (p. 95)

A distinguer du soutien
« Le mot « soutien », bien qu’employé par les acteurs directement en contact avec les enfants et les adolescents, est récusé dans ce contexte par les enseignants et les responsables de l’institution scolaire, car il doit être, à leurs yeux, réservé à une action spécifique, prévue par les textes ministériels, menée auprès d’élèves en difficulté. » (p. 95)

Glasman, Dominique ; Besson, Leslie. Le travail des élèves pour l’école en dehors de l’école. Rapport pour le Haut conseil de l’évaluation de l’école. HCEE, 2004, PDF, 151 p.
http://cisad.adc.education.fr/hcee/documents/rapport_Glasman_Besson.pdf




poesieombrelumiere |
poesie diverses |
isefra |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La vie est un mélange de no...
| leseb
| Les histoires de Sophie